tariqa qadiriya boudchichiya.ch Index du Forum tariqa qadiriya boudchichiya.ch
sidihamza.sidijamal.sidimounir-ch
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

NOTRE BIEN AIMÈ ROI DU MAROC MOHAMMED 6 - M6 -moulay driss premier et son fils moulay driss zarhoun

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tariqa qadiriya boudchichiya.ch Index du Forum >>> sciences islamiques exotériques.Catégorie >>> FRATÈRNITÈ ENTRE LES FRÈRES CHIÎTES ET SUNNITES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jnoun735
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2009
Messages: 2 147
madagh

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 20:35 (2010)    Sujet du message: NOTRE BIEN AIMÈ ROI DU MAROC MOHAMMED 6 - M6 -moulay driss premier et son fils moulay driss zarhoun Répondre en citant

























 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Fotos von Zarhoun - Moulay ldriss

























Zaouia Moulay Idriss

 


Ce qu’on a tendance à oublier et à faire oublier aux autres, c’est que le Maroc est un pays chiïte. Au Maroc, le chiïsme est la règle et le sunnisme l’exception. D’ailleurs la dynastie alaouite, elle-même, est par essence chiïte.
Ceci, peu de Marocains, malheureusement, le savent. C’est pourquoi,que des gens marocains appellent à une nouvelle et vraie lecture de l’histoire religieuse du Maroc, l’un des rares pays officiellement sunnite mais qui célèbre religieusement les fêtes chiïtes, comme l’achoura.
le Maroc n’a pas besoin d’être reconverti au chiïsme puisqu’il l’est déjà.

Moulay Idriss Zerhoun : Berceau de l’Islam au Maroc
À quelques kilomètres de Volubilis, adossé aux premiers versants du massif du Zerhoun, le village de Moulay Idriss Zerhoun entoure de ses maisons blanches la tombe du premier roi du Maroc, Idriss 1er. C’est d’ailleurs aux Idrissides que remonte la création du noyau initial de l’Etat sur la base de l’Islam. Le Maroc d’aujourd’hui plonge ses racines dans cette cité qui marqua le passage de la Mauritanie tingitane au Maroc musulman. Elle fut d’ailleurs construite avec les matériaux prélevés sur les vestiges de Volubilis. Tout un symbole…

Idriss ben Abdallah (Idriss 1er) n'est autre que le petit-fils d’Ali et de Fatim-Zohra, fille du Prophète Sidna Mohammed. En 789, il connaît de grandes inquiétudes à la cour de Bagdad où il est recherché, comme opposant aux Abbassides (descendants d’El Abbas oncle du Prophète), devenus à leur tour les nouveaux maîtres du monde musulman. Après le massacre de sa famille à Fakh en 786, il s’enfuit en direction du Maghreb. Laissant les combats entre factions musulmanes derrière lui, il se réfugie d’abord en Égypte. Enfin, il se dirige vers le Maroc en passant par Tanger et Tlemcen, avant de s'installer définitivement à Volubilis, ville adossée au massif de Zerhoun. Il est accueilli par la grande tribu amazighe : les Aourba (vivant autour de Volubilis), conduite alors par Abdelhamid Al-Aourbi. Celui-ci
en fervent admirateur des descendants du Prophète, lui donne en mariage, sa propre fille Kenza. En témoignage d’estime et d’attachement aux descendants du Prophète, il lui cède le pouvoir politique et militaire. Idriss 1er est ainsi proclamé Imam, six mois après son arrivée. La conséquence immédiate de cette « abdication » volontaire et librement consentie est l’expansion fulgurante de l’Islam dans
tout le Maroc et au-delà. Fort de l’appui inconditionnel des Aourabas et ses autres alliés amazighs, il rejette l'autorité du calife de Bagdad et prend le nom d'Idriss 1er. Il entreprend de convertir définitivement les autres tribus marocaines à l’Islam et de les unir sous la même bannière. Il ordonne d’édifier l’actuelle ville qui porte son nom et dont il fait la première capitale politique du Maroc. Accompagné de son frère de lait Rachid Ben Morchid El Koreichi, il avait trouvé un Maroc en proie à des luttes tribales axées sur les interprétations du Coran, avec au premier plan le mouvement Kharijite. Il met aussitôt fin aux troubles causés par les Kharijites, et pose la première pierre d'un Etat indépendant du Khalifat abbasside de Bagdad.
De Walili (Volubilis), il dirige des expéditions dans tout le pays, assoit son autorité et augmente sa puissance. Les succès religieux et, surtout, militaires font craindre le pire au puissant calife abbasside Haroun Al-Rachid, qui, dans sa lutte à mort contre les descendants de la famille du Prophète, décide de le supprimer. Il lui envoie un messager, Souleyman Ben Djaber-en-Nabdi-el-Zindi, supposé être un émissaire de soutien et d'amitié. Celui-ci séjourne le temps nécessaire à Walili pour capter la confiance d’Idriss 1er. Il parvient à l'empoisonner en 793 avec une fiole de musc contenant du poison. Deux mois après la mort d’Idriss 1er, sa femme Kenza donne le jour à un fils, qui règnera plus tard sous le nom d'Idriss II. Idriss 1er aura régné trois ans avant d’être assassiné par l’agent du calife. Rachid, le fidèle compagnon d’Idriss 1er rattrape l’assassin à la ville d’El Hira (aujourd’hui Oujda dont la racine arabe Wajada signifie trouver). Il lui fera payer de sa vie son forfait. L’héritage religieux, moral et matériel du règne d’Idriss 1er est immense: c’est d’abord et surtout la création d’un Etat marocain en tant qu’entité politique unie autour d’un même idéal et d’un seul homme, et en tant qu’Etat libre, fort et indépendant face aux convoitises étrangères.
et ca c est avant les almohades .

Cité de Moulay Driss Zerhoun
La première cité musulmane en Afrique du Nord, Zerhoun, a pris le nom de Moulay Idriss. Cette petite ville, située à quelques kilomètres de Meknès, surplombe un site magnifique qui abrite les ruines de Volubilis l’ancienne cité romaine. Jusqu'en 1917, la ville de Moulay Idriss Zerhoun fut interdite aux non musulmans. Aujourd’hui encore, elle est uniquement peuplée de musulmans et a conservé son caractère de ville sainte. Depuis plusieurs générations, c'est le premier lieu où se rend le nouveau roi après son accession au trône. La ville abrite le sanctuaire d’Idriss Premier. Le tombeau de Moulay Idriss n'est pas accessible aux non musulmans. Il se trouve dans la zaouïa au fond du vallon. Son accès en est barré par une poutre en bois qui marque la limite du horm ou lieu sacré. L'actuel mausolée date du XVIIIème siècle et fut élevé par
Moulay Ismaïl. Il connaîtra de multiples transformations et aménagements, au temps de Feu S.M. Hassan II, avec l’édification de la Koubba Al-Hassania et aujourd’hui, sous le règne de Mohammed VI, qui a ordonné la rénovation de l’ensemble de l’édifice. Le minaret circulaire qui le domine est unique au Maroc mais de construction récente puisqu'il date de 1939. Il est couvert de faïences vertes sur lesquelles sont inscrits en une écriture stylisée, des versets du Coran. À l'entrée de la ville, un cimetière sur une pente raide rassemble des pierres blanches presque enfouies dans la terre. Un dédale d'escaliers et de ruelles (en pente raide) permet de monter en haut du quartier de Khyber d'où une terrasse permet de voir l'ensemble de la petite ville.

Moulay Idriss I fondateur du premier empire
Le minaret du mausolée de Moulay Idriss      
C'est à Volubilis que Moulay Idriss I fonda le premier empire.              


Le Maroc d’aujourd’hui plonge ses racines dans cette cité qui marqua le passage de la Mauritanie tingitane au Maroc musulman. Elle fut d’ailleurs construite avec les matériaux prélevés sur les vestiges de Volubilis. Tout un symbole…
Idriss ben Abdallah (Idriss 1er) n'est autre que le petit-fils d’Ali et de Fatim-Zohra, fille du Prophète Sidna Mohammed. En 789, il connaît de grandes inquiétudes à la cour de Bagdad où il est recherché, comme opposant aux Abbassides (descendants d’El Abbas oncle du Prophète), devenus à leur tour les nouveaux maîtres du monde musulman. Après le massacre de sa famille à Fakh en 786, il s’enfuit en direction du Maghreb.
Un fervent admirateur des descendants du Prophète, lui donne en mariage, sa propre fille Kenza. En témoignage d’estime et d’attachement aux descendants du Prophète, il lui cède le pouvoir politique et militaire. Idriss 1er est ainsi proclamé Imam, six mois après son arrivée. La conséquence immédiate de cette « abdication » volontaire et librement consentie est l’expansion fulgurante de l’Islam dans tout le Maroc et au-delà.
Fort de l’appui inconditionnel des Aourabas et ses autres alliés amazighs, il rejette l'autorité du calife de Bagdad et prend le nom d'Idriss 1er. Il entreprend de convertir définitivement les autres tribus marocaines à l’Islam et de les unir sous la même bannière. Il ordonne d’édifier l’actuelle ville qui porte son nom et dont il fait la première capitale politique du Maroc. Accompagné de son frère de lait Rachid Ben Morchid El Koreichi, il avait trouvé un Maroc en proie à des luttes tribales axées sur les interprétations du Coran, avec au premier plan le mouvement Kharijite. Il met aussitôt fin aux troubles causés par les Kharijites, et pose la première pierre d'un Etat indépendant du Khalifat abbasside de Bagdad.
De Walili (Volubilis), il dirige des expéditions dans tout le pays, assoit son autorité et augmente sa puissance. Les succès religieux et, surtout, militaires font craindre le pire au puissant calife abbasside Haroun Al-Rachid, qui, dans sa lutte à mort contre les descendants de la famille du Prophète, décide de le supprimer. Il lui envoie un messager, Souleyman Ben Djaber-en-Nabdi-el-Zindi, supposé être un émissaire de soutien et d'amitié. Celui-ci séjourne le temps nécessaire à Walili pour capter la confiance d’Idriss 1er. Il parvient à l'empoisonner en 793 avec une fiole de musc contenant du poison.

Deux mois après la mort d’Idriss 1er, sa femme Kenza donne le jour à un fils, qui règnera plus tard sous le nom d'Idriss II. Idriss 1er aura régné trois ans avant d’être assassiné par l’agent du calife. Rachid, le fidèle compagnon d’Idriss 1er rattrape l’assassin à la ville d’El Hira (aujourd’hui Oujda dont la racine arabe Wajada signifie trouver).
Il lui fera payer de sa vie son forfait. L’héritage religieux, moral et matériel du règne d’Idriss 1er est immense: c’est d’abord et surtout la création d’un Etat marocain en tant qu’entité politique unie autour d’un même idéal et d’un seul homme, et en tant qu’Etat libre, fort et indépendant face aux convoitises étrangères.
Par ailleurs et afin d’assurer le renouveau et la pérennité de la Sunna, il lutta victorieusement contre les mouvements extrémistes (les Khaouarij Assoufria, en particulier), ce qui aboutit, en fin de compte, à l’adhésion définitive des Marocains au rite malikite.
Minaret cylindrique








  


MOUSSEM RELIGIEUX DE MOULAY IDRISS AL AKBAR

À la fin du mois d'août de chaque année, des milliers de pèlerins se rendent sur le tombeau du fondateur de la première dynastie de l'histoire du Maroc.

Les ruelles en pente raide forment un dédale invitant à la promenade. En montant, on parvient, à côté de la mosquée de Sidi Abdallah, sur une terrasse.
La vue est très belle sur les toits verts de la ville sainte. L’on peut remarquer aussi le minaret cylindrique, le seul de cette forme au Maroc, couvert de faïences vertes sur lesquelles sont inscrits des versets du Coran. Le tombeau de Moulay Idriss se trouve dans la zaouïa au fond du vallon, elle se distingue par son toit pyramidal.

 
 


Le moussem de Moulay Idriss Zerhoune est la plus grande fête religieuse que connaît cette petite ville sainte. Ville étalée sur un éperon rocheux, dominant la vallée de l'Oued Khoumane et la plaine de Volubilis. Celle-ci abrite, en effet, le mausolée du fondateur de la première dynastie musulmane ayant régné au Maroc « Les Idrissides ». Chaque année, à la fin de l'été, les différentes corporations de la médina viennent, les unes après les autres, rendre hommage à leur saint, apportant ainsi de nombreuses offrandes et sacrifices accompagnés de chants et de musiques dont la reproduction de nombreuses processions de troupes folkloriques telles que les Aissaoua, les Hmadcha, et les Hal Touat.


  



1 - Introduction :

Avant l’arrivée d’Idriss 1er, dit Idriss El-Akbar, dans le Maghreb El-Aksa, ce pays était tant bien que mal gouverné par des chefs de tribus d’origine Berbère ou Arabe.

C’est suite à des conflits, d’ordre politique et non religieux, à Médine et à la Mecque entre les Abbassides et les Alides, qu’Idriss 1er l’un des descendants d’Ali est parti se réfugier au Maghreb Al-Aksa, c'est-à-dire au Maroc où il a été le fondateur de la dynastie des Idrissides (788 à 948).

Lors de son voyage de l’Egypte vers les pays du Maghreb, Idriss 1er s’est arrêté dans la ville de Tlemcen en Algérie où il a reçu le meilleur accueil : Quel bonheur pour les habitants de Tlemcen de recevoir un descendant du Prophète !

C’est au cours de ce voyage qu’Idriss 1er a demandé à son frère Soleiman de quitter l’Egypte pour le rejoindre à Tlemcen…

Soleiman séduit par le charme d’Aïn El-Houte à Tlemcen et par l’hospitalité légendaire de ses habitants, préféra s’y établir.

Soleiman occupera la fonction de chef du gouvernement de Tlemcen et plus tard ses descendants seront gouverneurs de Tlemcen, Aghoul et Ténès entre 814 et 922, pendant 104 ans.

2 - Idriss 1er :

C’est à Volubilis (Walili), située au pied du Mont Zerhoun, qu’Idriss 1er en compagnie de Rachid arriva au terme de sa fuite. Les Auréba, Berbères descendants de Bernès et habitants de la vieille cité Romaine, les accueillirent aimablement et c’est eux qui seront plus tard, ses plus fidèles compagnons pour l’aider à accéder au trône et à entreprendre ses premières conquêtes.

C’est le 5 février 789, que Idriss 1er a été désigné comme fondateur de la dynastie des Idrissides et reconnu par plusieurs tribus Berbères dont les Auréba, les Louata, les Zouagha, les Sedrata, les Nefza, les Miknasa et les Ghomara…

Cette dynastie va triompher et durer jusqu’à l’avènement des Fatimides, au milieu du Xème siècle.

La dynastie des Idrissides à Fès, comprend :

* Idriss,
* Idriss II,
* Mohamed Ibn Idriss II,
* Ali Ibn Mohamed Ibn Idriss II,
* Yahia Ibn Mohamed Ibn Idriss II,
* Yahia Ibn Yahia Ibn Mohamed Ibn Idriss II,
* Ali Ibn Omar Ibn Idriss II
* Yahia El-Addam Ibn El-Kacem Ibn Idriss II.
* Yahia Ibn Idriss Ibn Omar Ibn Idriss II.


Le règne d’Idriss 1er, va durer deux ans (789-791) et ses efforts ont porté sur :

a/ la fondation de la ville de Fès, et plus précisément la construction du quartier des Andalous situé à l’ouest de la ville,
b/ la conquête de quelques provinces,
c/ et la prise de la ville de Tlemcen (Algérie).

En 791, Idriss 1er a été assassiné par Soleiman Bendjerir connu sous le nom d’Ech-Chamakh à la demande du Calife Abbasside Haroun Er-Rachid à Baghdad.

Idriss 1er a laissé comme successeur un enfant encore dans le ventre de sa mère.

3 - Idriss II :

Un conseil de régence exerça son pouvoir sur tout le royaume jusqu’à ce que le jeune Prince Idriss II, fût proclamé officiellement comme successeur d’Idriss 1er, à Fès, à l’âge de onze ans.

Idriss II eu le souci de terminer la construction de la ville de Fès, notamment le quartier des Kairouanais situé dans la partie Est de la ville nommé Fès El-Aliya, du nom d’Ali.

En 812, disposant une forte armée, Il marcha contre la Confédération Berbère des Masmouda, composée des Masmouda, des Ghomara et des Berghwata. Avant de repartir pour une nouvelle expédition contre les Kharijites dont les Nefza, tribu de Madghis El-Botr (Imadghassen).

Plus tard, Idriss Il s’est comporté à l’égard des habitants de Tlemcen avec courtoisie. Il séjourna dans cette ville pendant trois ans, au cours desquels il étendit son pouvoir et alla jusqu’à enlever au gouverneur Abbasside toute la partie du pays s’étendant du Sous El-Aksa au Chélif.

Idriss II appelé aussi Idriss El-Asghar, mourût le 18 Août 828 à l’âge de 36 ans. Il a laissé douze enfants mâles : Mohamed, Abdallah, Aissa, Idriss, Ahmed, Jafar, Yahya, El-Kacem, Omar, Ali, Daoud et Hamza.

Idriss II a disposé de quelques avantages par rapport à son père :

- Il est né et a grandi dans le pays du Maghreb et Aksa,
- Il a trouvé à côté de lui les compagnons de son père
- Et il a reçu la double influence de sa mère Kenza et de Rachid le compagnon de son père.

Sa stratégie consistait à améliorer et à consolider son image sur le plan local, à savoir, la construction de la ville pour Fès, la courtoisie et la bonne relation pour Tlemcen,… et à agrandir son Pouvoir temporel sur le plan régional voire extrarégional en réduisant les Kharijites et la confédération des Masmouda et en enlevant au gouverneur Abbasside toute la partie du pays s’étendant du Sous El-Aksa au Chélif.

4 - Mohamed Ibn Idriss Ibn Idriss et ses frères :

A la mort d’Idriss II, le Maghreb El-Aksa sera gouverné par son fils Mohamed Ibn Idriss II, essentiellement la région de Fès, puis d’autres Idrissides dans d’autres régions.

Sur le conseil de Kenza, sa grand-mère, il confia à chacun de ses frères le soin d’administrer une partie du Royaume :

* Mohamed Ibn Idriss: La ville de Fès,
* Omar : Le Pays des Ghomara et celui des Senhadja.
* El-Kacem: Les villes de Tanger, Ceuta, Tétouan, El-Basra et Ksar-Masmouda.
* Hamza: La ville de Volubilis.
* Aissa Ibn Idriss Ibn Mohamed Ibn Soleiman : La ville de Tlemcen (Algérie),
* Daoud : Le pays des Houara dans l’Oranie.
* Aissa : Les villes de Salé, Chella, Azemour et Temesna.
* Yahia : La ville de DAI et les localités voisines.
* Ahmed : Le territoire des Miknasa, Tedla et du Fezzaz.
* Abdallah : Les territoires des Masmouda, d’Agmat, de Nefis, des Lemta et ceux du Sous.

Les trois autres fils d’Idriss 1er, Jafar, Ali et Youssef étant mineurs furent placés sous la tutelle de Mohamed Ibn Idriss.

On ne connait pas dans quelles conditions et selon quels critères s’est effectué ce partage.

De plus, certains secteurs étaient communs à deux frères, ce qui a causé des discordes entre Idrissides, notamment, entre Hamza et El-Kacem. Aissa estimant sa part inférieure à celle des autres, se révolta contre son frère Mohamed Ibn Idriss.

El-Kacem ayant refusé de réprimer la révolte d’Aissa, Mohamed Ibn Idriss à demandé à son frère Omar chargé du pays des Ghomara de s’en occuper; non seulement pour Aïssa, mais pour les deux frères, Aissa et El-Kacem, ce qui a été réalisé...

Mohamed Ibn Idriss a donné l’autorisation à Omar de récupérer les territoires d’El-Kacem et d’Aissa et le complimenta pour son succès au niveau du maintien de l’ordre.

Omar Mourut en l’an 835 et Mohamed Ibn Idriss sept mois plus tard.

5 - Ali Ibn Mohamed Ibn Idriss Ibn Idriss :

Ali Ibn Mohamed Ibn Idriss II accéda au trône à la mort de son père Mohamed Ibn Idriss II, il n’avait que 9 neuf années et demi.

Un conseil de régence fut désigné pour assurer le gouvernement de Fès.

Il fut nommé dans ses fonctions de gouverneur de Fès à l’âge de 12 ans, à la majorité de tous les notables qui lui jurèrent fidélité. Après avoir régné une dizaine d’années, il mourut en février 849, à l’âge de 22 ans.

6 - Yahia Ibn Mohamed Ibn Idriss Ibn Idriss :

Yahia Ibn Mohamed accéda au trône à la mort de son frère Ali Ibn Mohamed. Se souverain se donna la mission de transformer Fès.

A mesure que la population augmentait, les maisons s’ajoutaient aux maisons et la ville s’étendait. Il devenait impératif d’édifier des bains publics, des marchés,…

C’est sous son règne que fut édifié la mosquée des Karaouiyines en 857 et celle des Andalous en 859.

La mosquée des Karaouiyines a été agrandie au début du 10ème siècle par la tribu des Zénata, plus précisément par les Béni-Ifren et les Maghraoua et d’autres travaux d’agrandissement et d’embellissement par les Almoravides, Almohades et les Mérinides.

Depuis sa fondation, cette mosquée était le siège d’une université musulmane très importante.

7 - Yahia Ibn Yahia Ibn Mohamed Ibn Idriss Ibn Idriss :

A la mort de Yahia Ibn Mohamed sont fils Yahia lui succéda au trône.

Les successeurs de Moulay Idriss El-Akbar ont été des souverains d’une exemplarité irréprochable, à l’exception de Yahia Ibn Yahia...

En tant que descendant de Ali, il devrait respecter les règles de la religion, mais ce n'était pas le cas... Ainsi, il indisposa contre lui toute la population de Fès.

Abderrahman Ibn Abou Sehel El-Djodami profita du mécontentement général pour s’emparer du pouvoir et chasser Yahia Ibn Yahia.

Sa femme Atika refusa de l’accompagner dans sa fuite et incite son père Ali Ibn Omar Ibn Driss gouverneur du Rif à prendre la place de son époux. Ali Ibn Omar Ibn Driss Pénétra avec ses troupes à Fès dans le quartier des Kairouanais et s’empara du pouvoir.

Yahia Ibn Yahia mourut sans laisser d’héritier et c’est donc avec lui que s’est éteinte la branche de Mohamed Ibn Driss II, en terme de commandement à Fès.

8 - Ali Ibn Omar Ibn Idriss II :

Avec ce souverain, le pouvoir passa désormais aux descendants d’Omar Ibn Driss II.

A peine ce souverain installé sur le trône qu’un Kharijites Sofrite, nommé Abderrazak de la tribu Berbère des Médiouna, se révolta dans la montagne située au sud de Fès.

Après s’être fait reconnu comme chef dans la tribu des Médiouna, il entra en guerre contre Ali Ibn Omar et le bâtit.

Vaincu, ce dernier se réfugia dans le territoire de la tribu des Auréba sous l’autorité de son cousin Yahia El-Addam Ibn El-Kacem Ibn Idriss II.

Le Kharijite Abderrazak soutenu par la population de la rive des Andalous, se heurta à l’opposition des habitants du quartier des Kairouanais à Fès qui ont fait appel à Yahia El-Addam Ibn El-Kacem Ibn Idriss II.

L’Idrisside Yahia El-Addam vint à Fès et Bâtit le Kharijite Abderrazak.

9 - Yahia El-Addam Ibn El-Kacem Ibn Idriss II :

Suite à la défaite d’Abderrazak, Yahia El-Addam a installé Tha’laba Ibn Moharib Ibn Abdallah El-Azdi comme gouverneur de Fès.

Yahia El-Addam a gouverné durant 24 ans et durant toute cette période, il a lutté contre les Kharijites Sofrites.

Il fût tué par Rebia Ibn Soleiman en l’an 905.

10 - Yahia Ibn Idriss Ibn Omar Ibn Idriss II :

Pendant cette période, des luttes acharnées étaient engagées entre les diverses branches de la dynastie des Idrissides. Les habitants de Fès soutenaient tantôt l’une tantôt l’autre de ces branches rivales, jusqu’à se battre quartier des Andalous contre quartier des Kairouanais.

Jamais depuis la fondation de cette dynastie, les déchirements n’ont été aussi graves.

Le nouveau successeur, c'est à dire, Yahia Ibn Idriss Ibn Omar Ibn Idriss II, avait beaucoup de qualités et un talent d’orateur hors paires. Dès qu’il fut intronisé, son intention était de rendre au Royaume son unité et sa stabilité.

Il a eu la force, le courage, le savoir-être, la patience, l’intelligence, la ténacité… requises pour arriver au bout des révoltes suscitées par les ambitions et les jalousies des uns et des autres… Et il a œuvré pour développer la science, le savoir et le savoir-faire dans son Royaume.

L’historien El-Bekri, nous raconte : « Les salons de Yahia Ibn Idriss étaient très fréquentés par les ulémas et des poètes. Abou Ahmed Ec-Chafei assistait régulièrement à ces réunions et prenait part aux discussions scientifiques, qui avaient lieu en présence du Prince. Plusieurs écrivains travaillaient à copier des livres pour Yahia Ibn Idriss… On arrivait d’Al-Andalus et d’autres pays dans l’espoir de goûter de ses bienfaits, et on ne le quittait qu’après avoir été comblé de grâce et de bonheur ».

Le royaume Idrisside fût porté par Yahia Ibn Idriss à un degré de puissance que n’a connu aucun autre souverain de sa dynastie, nous informe l’Historien Ibn Khaldoun.

Yahia Ibn Idriss régna quinze années (905 – 920). Il mourût en l’an 945-946 à El-Mehdia.

11 - La conquête des Fatimides et la fin des Idrissides :

Au moment où le pouvoir était exercé d’une main de maître à Fès et dans l’ensemble des provinces, une attaque puissante et inattendue des chiites Fatimides, fit brusquement chuter la dynastie des Idrissides.

Obeid-Allah le chef des Fatimides a réussi à attaquer et à vaincre l’état Aghlabide et l’état Rostémide avant de finir avec celui des Idrissides, grâce au bras armé des tribus Berbères Ketama, Nefza et Sumata.

Les Kharijites sont ceux qui sont sortis du clan d’Ali Ibn Abi-Talib et les Chiites sont ceux qui lui sont restés fidèles, enfin les Idrissides sont la descendance de Ali Ibn Abi-Taleb.

En l’an 680, Hussein le fils d’Ali Ibn Abi-Talib fut tué et sa famille massacrée à Kerbala par le deuxième Calife Omeyyade, Yazid Ibn Moawiya Ibn Abi-Soufian. A partir de ce moment là, les Chiites entrèrent en séparation contre les Omeyyades et les Abbassides.

Que les Chiites Obeidites appelés plus couramment Fatimides partisans d’Ali, étaient les adversaires des Omeyyades et des Abbassides et qu’ils pouvaient représenter un danger réel pour les émirs Aghlabides délégués des Abbassides dans le Maghreb et pour les émirs Rostémides, cela n’a rien de surprenant...

Mais, qu’ils s’attaquent aux Idrissides descendant d’Ali, ceci était absolument imprévisible et inattendu de la part de l’émir du Maghreb El-Aksa...


Moulay Idriss


La Medina




Minaret cylindrique


Horm de Moulay Idriss Ier

 

 


Le Moussem


Le Sikr








jnoun735


Dernière édition par jnoun735 le Mar 17 Aoû - 22:48 (2010); édité 4 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN Skype GTalk/Jabber
Publicité







MessagePosté le: Ven 14 Mai - 20:35 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jnoun735
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2009
Messages: 2 147
madagh

MessagePosté le: Lun 17 Mai - 22:11 (2010)    Sujet du message: NOTRE BIEN AIMÈ ROI DU MAROC MOHAMMED 6 - M6 -moulay driss premier et son fils moulay driss zarhoun Répondre en citant





/






sa majésté ROI DU MAROC M6



     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
        

   


    
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          



jnoun735


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN Skype GTalk/Jabber
jnoun735
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2009
Messages: 2 147
madagh

MessagePosté le: Mer 7 Juil - 16:13 (2010)    Sujet du message: NOTRE BIEN AIMÈ ROI DU MAROC MOHAMMED 6 - M6 -moulay driss premier et son fils moulay driss zarhoun Répondre en citant









jnoun735


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN Skype GTalk/Jabber
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tariqa qadiriya boudchichiya.ch Index du Forum >>> sciences islamiques exotériques.Catégorie >>> FRATÈRNITÈ ENTRE LES FRÈRES CHIÎTES ET SUNNITES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo